Faire construire sa maison : comment choisir son terrain ?

Ça y est, vous êtes enfin décidé de construire votre maison. Il est vrai que le taux des crédits immobiliers proposé par les banques est réellement alléchant. Mais avant même de déposer votre dossier de crédit dans un établissement emprunteur, vous devez réfléchir sur un certain nombre de choses. Parmi les points sur lesquels vous devez porter une attention soutenue, il y a la sélection du terrain sur lequel vous allez bâtir votre nouvelle habitation. Découvrez le guide qui va vous permettre de vous aider dans votre réflexion.

Opter pour un terrain isolé ou un lotissement ?

Il s’agit d’un élément primordial dans le choix d’un terrain constructible. En fait, tout dépend de vos attentes et de vos préférences. Dans le cas où vous souhaiteriez vivre non loin des commodités et des agglomérations tout en réalisant des travaux d’aménagement à moindre coût, il est préférable d’acheter un terrain en lotissement. En effet, c’est généralement le lotisseur qui prend en charge la viabilisation du terrain. Ce qui fait que vous rencontrez un minimum de problèmes en ce qui concerne les raccordements. De plus, c’est encore le lotisseur qui se charge de la plupart des démarches administratives, ce qui fait que vous ne perdez pas de temps ni d’argent.

Mais un terrain en lotissement présente un inconvénient majeur, à savoir que vous devez respecter à la lettre le règlement du lotissement et le cahier des charges. Ce qui a pour conséquence de limiter votre liberté quant au paysage ou à l’architecture de votre nouveau logement. En ce qui concerne le terrain isolé, il vous offre une plus grande liberté pour la construction de votre maison. Bien entendu, vous devez toujours vous conformer aux règles d’urbanisme de la commune où est implanté votre terrain. Le défaut d’un terrain isolé est que vous devez prendre en charge un certain nombre de travaux, à savoir le terrassement, l’expertise de la nature du sous-sol, le raccordement, etc. Connectez-vous sur ce site capelli-immobilier.fr afin de trouver rapidement le terrain qui répond à vos attentes.

Choisir le bon emplacement

Avant d’acheter un terrain à bâtir, vous devez vous demander s’il est constructible ou non. Pour cela, vous devez consulter le plan local d’urbanisme (PLU) de la commune où le terrain est implanté. Cela vous permet donc de connaître précisément les règles de construction qui s’appliquent sur la parcelle que vous prévoyez d’acquérir. Il ne faut pas négliger également de vous renseigner sur la fiscalité qui s’applique en matière de taxe d’aménagement, de la taxe foncière, de la taxe d’habitation, etc. De cette façon, vous êtes au courant des charges financières que vous allez supporter si vous achetez ce terrain pour faire construire.

Mais cela ne doit pas vous empêcher de vous pencher sur la typologie du terrain et sur son orientation. En effet, l’exposition de votre futur logement au soleil, à la pluie, ou au vent influe directement sur le bien-être des habitants. D’autre part, elle a également des conséquences non-négligeables sur la consommation énergétique de l’habitation. Ainsi, si le terrain est en cuvette, cela va protéger votre maison du vent. En revanche, afin de profiter de la chaleur de l’astre solaire pendant le plus longtemps possible, il vaut mieux opter pour une exposition au sud si le terrain est en pente. Bien entendu, vous devez veiller à ce que votre future maison respecte la réglementation thermique 2012.

Ne pas négliger les petits inconvénients

Vous avez trouvé un terrain qui vous plait ? C’est bien, mais avant de vous emballer, il est important de vous demander s’il ne présente pas quelques petits inconvénients qui pourraient vous inciter à y réfléchir à deux fois avant de prendre une décision. Ainsi, vous devez penser à l’éventualité de revendre votre bien si le besoin se fait sentir. Or, il existe un certain nombre d’inconvénients qui peuvent rendre difficile la revente de votre bien immobilier, tout au moins faire baisser son prix. Il s’agit notamment de l’emplacement, de l’orientation, du raccordement aux réseaux de communication et d’énergie, ou encore de l’attractivité de l’endroit, à savoir la proximité des écoles, des commerces, des transports en commun etc.

Ainsi, si vous achetez un terrain en pente, auprès d’un lotisseur ou d’un particulier, les fondations arrières risquant de se fissurer en cas de sécheresse. En effet, elles sont moins exposées que les fondations du devant. Cela nécessite souvent des travaux de terrassement de grande ampleur pour faire descendre les deux fondations au même niveau. Ce qui va se traduire par des dépenses supplémentaires pour vous. Enfin, il est conseillé de visiter plusieurs fois le terrain constructible qui vous intéresse. L’idéal est de revenir à un jour différent et une heure différente, même le week-end. Cela vous permet d’avoir une idée des bruits de voisinage et de l’environnement à des situations et des heures différentes.